Un garçon impossible
© Stéphane Trapier

Un garçon impossible


de Petter S. Rosenlund traduction Terje Sinding mise en scène Jean-Michel Ribes avec Eric Berger, Isabelle Carré, Jean-Yves Chatelais, Micha Lescot, Hélène Viaux
afficher toute la distribution

durée 1h20

[création]  

20 janv. - 28 févr., 21:00
salle Renaud-Barrault

dimanche, 15:00
relâche les lundis et le 25 janv.


[PDF]> télécharger le dossier de presse

Suite à l'assemblée générale qui s'est tenue le 27 janvier, l'ensemble du personnel artistique, technique et administratif du Théâtre du Rond-Point a décidé en solidarité avec le mouvement de grève nationale que la représentation du 29 janvier n'aura pas lieu. Les billets achetés pour ces représentations seront échangés ou remboursés.
[contact]> par téléphone au 01 44 95 98 21 ou sur place (horaires)

-------------------------------------------------------------------------

Quand j’avais ton âge, j’étais amoureux de la maîtresse. Elle avait les plus gros nichons que j’aie jamais vus. On aurait dit deux pastèques qui se dissimulaient sous son chemisier rose pâle. Tu aimes les pastèques?
La mère de Jim, un garçon plutôt grand pour ses huit ans, est inquiète : il n'entend pas la voix de son grand-père mort. Le médecin à qui il est confié a bien d'autres soucis : il est poursuivi par une infirmière qui s'avère être sa maîtresse, et harcelé sur son portable par sa femme qui cherche désespérément les enfants qu'elle n'a pas pu avoir. Qui faut-il soigner ? l'enfant, la mère, le médecin, le grand-père pas vraiment mort, l'infirmière dépressive ? De courses poursuites en coups de théâtre, l'aimable compagnie finira par engendrer un serial killer de 8 ans !
On est toujours le fou d'un autre semble dire Petter S. Rosenlund dans Un garçon impossible. Ce dramaturge norvégien s'ingénie à créer des situations aussi inquiétantes que cocasses. D'un quotidien très ordinaire, son sens de l'humour des plus grinçants tire des conséquences qui confinent à la folie et au fantastique. Le diagnostic ne cesse de déraper, car les symptômes ont une tendance légèrement instable. À se demander si, plutôt que le garçon en question, ce ne serait pas la société dans laquelle il est élevé qui est impossible.

production Théâtre du Rond-Point, coproduction Espace Jean Legendre/Théâtre de Compiègne
L’Arche est l’agent théâtral du texte représenté

[INFO]> Le 6 février à 21h, les 8 et 22 février à 15h, les représentations sont accessibles aux spectateurs déficients visuels avec Accès Culture.